Mythe : l’empreinte carbone des zones rurales est faible

Réalité : l'empreinte carbone des communautés rurales est souvent plus élevée qu'en milieu urbain. Les problèmes de qualité de l'air y sont également importants. On doit ce fait à plusieurs facteurs : besoin de conduire sur de plus grandes distances, manque d'options énergétiques d'où une utilisation de combustibles polluants (charbon, mazout, bois) et émissions de gaz à effet de serre dues à l'agriculture.

À propos de l’initiative Free

Plus de 50 % d'Européens résident dans des zones rurales. Ils occupent plus de 90 % du territoire européen et contribuent à 43 % de la valeur brute de l'Europe. Pourtant, malgré leur importance, les communautés rurales sont rarement prises en compte par les politiques et les autorités de réglementation lors de la rédaction des politiques énergétiques.

Les habitants des parties isolées en Europe ont rarement accès au réseau de distribution du gaz naturel. Quant au réseau électrique, il arrive qu'il soit peu fiable et qu'il manque cruellement d'efficacité. Ainsi, ces habitants doivent souvent compter sur des combustibles solides et liquides relativement riches en carbone et des technologies vieillissantes.

L'initiative FREE (Future of Rural Energy in Europe, l'avenir de l'énergie rurale en Europe) donne une voix à ceux qui croient que les besoins en énergie rurale sont un sujet qui compte, à la fois pour les habitants des campagnes et pour la société européenne dans son ensemble. Nous voulons garantir que les décisionnaires le reconnaissent, et prennent ces besoins en considération lors de l'élaboration de leurs projets.

Les communautés rurales européennes sont importantes.

Une grande partie de la population européenne vit en milieu rural. Ces communautés représentent une part significative de l'emploi et une contribution majeure à l'économie. Le bien-être des communautés rurales est l'une des priorités gouvernementales, en particulier dans les domaines de la création d'emplois, de la nouvelle industrie rurale et de l'inversement continu de la tendance à l'urbanisation. Les exploitants et agriculteurs sont toujours très importants d'un point de vue culturel, politique et économique. Les communautés rurales européennes sont trop importantes pour être ignorées, entre autres au sujet de l'énergie.

Les communautés rurales sont désavantagées par les choix et politiques énergétiques.

Les communautés rurales sont au mieux ignorées, au pire exploitées, traitées comme industries agroalimentaires ou centrales nucléaires. Les communautés rurales ont des besoins en énergie différents, et un choix plus réduit et plus coûteux que leurs équivalents urbains. L'empreinte carbone d'un individu rural est plus élevée qu'un individu urbain ; il a besoin d'un accès facilité à des options énergétiques plus vertes. À l'heure où l'énergie devient plus propre et plus efficace, la loi sur l'énergie fait reposer un poids considérable sur les communautés rurales, sans prendre en compte leurs propres besoins d'une énergie propre, d'une amélioration de la qualité de l'air et d'un choix plus large et moins cher.

L'engagement et le soutien aux communautés rurales sont essentiels si l'on veut répondre efficacement aux politiques gouvernementales sur l'énergie et les changements climatiques.

L'Europe s'engage à réduire le C02, à réduire le niveau de carbone dans l'économie, à sécuriser l'approvisionnement en énergie et à assurer et améliorer l'avenir des économies rurales. Ces politiques doivent entraîner une régulation qui réponde aux besoins des communautés rurales et les encourage à remettre en cause l'efficacité énergétique au niveau domestique et commercial. La loi actuelle doit être reprise et, si nécessaire, améliorée dans ce but.

Le Plan d'action en matière d'efficacité énergétique (PAEE) à venir, qui définit les prochaines étapes en termes d'économies d'énergie en Europe, montrera la voie vers une plus grande efficacité énergétique. L'Union européenne et ses États membres doivent présenter des objectifs pour garantir la réalité des économies en énergie.

La nouvelle version de la Directive sur la performance énergétique des bâtiments est un bon exemple de la capacité de la législation européenne à améliorer l'efficacité énergétique. Cette Directive est un premier pas pour soutenir l'efficacité énergétique des bâtiments ruraux : maisons, entreprises et exploitations. La mise en œuvre par les États membres doit maintenant confirmer la réussite de cette initiative, en soutenant l'efficacité énergétique grâce à des normes et des incitations aux améliorations des bâtiments par les communautés rurales.

L'initiative FREE est lancée et financée par SHV Energy, une entreprise familiale indépendante des Pays-Bas, le plus grand distributeur mondial de GPL. En Europe, SHV Gas équipe en combustible les ménages, les entreprises et les véhicules de dizaines de millions de clients, dont la plus grande partie vit dans des communautés rurales éloignées.

Le GPL est le produit naturel de l'extraction de gaz et des procédés de raffinement du pétrole. Ce combustible est faible en carbone et peu polluant. Il peut contribuer de manière significative à améliorer la qualité de l'air intérieur et extérieur, et à réduire nos émissions de carbone.

L'initiative FREE est soutenue par un éventail de groupes engagés dans l'amélioration du sort et l'optimisation du potentiel des communautés rurales grâce à un choix énergétique étendu. Parmi les partenaires de l'initiative FREE, on compte :

  • CEJA
  • Cogen
  • Glass for Europe
  • The Renewable Energy Foundation
  • AEGPL
  • Podlaskie Voivodeship
  • Rinnai
  • ACRE
  • NEA
  • Tecnocasa
  • Polyurethanes
  • EC Power
  • EUROMONTANA
  • BDR Thermea
  • RURENER
  • Regional Office of Silesia in Brussels
  • PKEO
  • Royal HaskoningDHV
  • SHV Energy
  • IREEN Project
  • DG CLIMA
  • Central Denmark Region
  • Zealand Region - Denmark